Il est accro aux écrans, comment réagir ?

le

La période estivale est idéale pour passer du temps en famille, entre amis, et aussi pour chouchouter son couple. Que faire si votre compagnon a du mal à lâcher son ordinateur, sa tablette ou son smartphone ?

Aujourd’hui, nous sommes tous plus ou moins connectés aux écrans de nos téléphones mobiles, de nos tablettes, voire de nos ordinateurs portables. Mais durant la période des vacances, on peut tout de même mettre de côté ces écrans pour goûter au plaisir d’être avec ses proches, faire des activités en extérieur et profiter du grand air ! Certains hommes ont pourtant du mal à se décoller de leurs outils informatiques, ce qui peut vous donner la désagréable impression de toujours passer après un jeu en ligne, un réseau social à alimenter, une discussion à suivre sur un forum, un objet à chiner sur un site…. Comment aider votre conjoint à déconnecter sans que cela ne tourne au vinaigre entre vous ?

“Il n’emporte plus son ordinateur ou sa tablette en vacances”

Sophia,  47 ans, enseignante, trois enfants

Mon mari est informaticien donc, forcément, il passe beaucoup de temps sur les ordinateurs pour son travail. Mais, à la maison, c’est aussi le cas : pour organiser les vacances, par exemple, il reste des heures sur les forums à traquer le meilleur rapport qualité-prix des campings, les curiosités à voir et les visites à faire dans la région où l’on va, le meilleur itinéraire à prendre….. Tout ce temps passé sur les écrans augmente encore dès qu’il est en situation de stress à cause de l’organisation de la vie familiale : ainsi, lorsque le moment du départ en vacances approche, il peut se mettre à jouer sur son smartphone dans le canapé, alors que je m’agite dans tous les sens autour de lui pour boucler les valises des trois enfants et ranger la maison….. Je ne dis rien, espérant qu’il remarque le décalage, mais il est souvent trop absorbé !

Lors de nos dernières vacances, il a pris son ordinateur avec lui en me disant qu’il avait un peu de travail à terminer. Je me suis méfiée d’emblée. Dans la maison de vacances, il s’est installé sur la grande table au milieu de la pièce commune. Hélas, comme il ne faisait pas beau, nous étions, nous aussi, souvent  à l’intérieur. Or, il ne fallait pas faire trop de bruit pour ne pas le déranger. Ce qui n’était pas évident avec les trois enfants ! Quand il y avait du soleil, il sortait travailler sur la terrasse et, là encore, il fallait faire attention à ne pas le déranger……

Mais il ne faisait pas que travailler : il jouait, il allait sur des sites, il tchattait…. Il n’était pas disponible et je me suis vite retrouvée à m’occuper seule des enfants. Ces derniers voyaient leur père devant son écran et avaient envie de jouer eux aussi sur leur console ou sur la tablette : ce n’était pas facile de les inciter à sortir pour se balader, sur tout l’aîné avec qui nous bataillons pour limiter son temps d’écran ! 

Ces vacances qui devaient être un moment de détente sont devenues très tendues. Je n’ai pas cherché à en parler avec lui : j’avais envie qu’il se rende compte de lui-même que ça n’allait pas. Peu après notre retour, mon mari a traversé une période de fatigue et de dépression. Nous avons alors eu l’occasion de parler  de sa consommation sur notre vie de famille.

Depuis, il fait des efforts : nous avons mis en place un dispositif qui arrête le fonctionnement des ordinateurs à 23 heures, comme ça, nous somme sûrs d’aller au lit ensemble. Nous avons aussi convenu que la tablette du travail restait au boulot et il a promis de ne plus jamais emporter d’ordinateur en vacances. Cela réduit les tentations !

“Il trouve plus de plaisir avec son ordinateur qu’avec nous”

Marie, 46 ans, conseillère bancaire, deux enfants

Quand mon mari a décidé de s’acheter un ordinateur portable, j’ai vite eu l’impression qu’il avait ramené sa maîtresse à la maison : tout de suite, il s’est mis à y passer le plus clair de son temps. Je rentrais du travail et je le retrouvais devant l’écran, tout le temps. L’informatique le passionnait, il découvrait tout un tas d’applications et la possibilité de tchatter avec des proches qui habitent loin. Il achetait aussi sur le Net et téléchargeait des films et de la musique pour toute la famille, il aidait également les enfants à faire leurs devoirs grâce à Internet…….

Mais au bout d’un moment, c’est devenu une activité solitaire à laquelle il consacrait toutes ses soirées. Quand je le voyais devant l’écran et que je lui demandais ce qu’il faisait, il me répondait : «Rien de spécial.» En fait, il surfait, allait de site en site, sur des forums, des tchats. Il se passionnait subitement pour des choses qui ne l’intéressaient pas particulièrement jusqu’à présent, comme les tatouages ou les retouches photos. Et, le dimanche, il ne faisait plus aucune activité avec nous. J’avais vraiment l’impression qu’il trouvait beaucoup plus de plaisir avec son ordinateur que dans notre vie de famille.

Bien sûr, l’ordinateur partait aussi en vacances avec nous, ce qui était parfois pratique pour regarder des films ensemble ou les photos prises pendant nos visites… Mais ensuite, il passait le reste a entraîné beaucoup de disputes entre nous et continue de provoquer des conflits.

L’avis de l’expert

Docteur Laurent Karila*

Comment lui en parler sans le braquer ?

Il faut éviter de se mettre en colère, de faire des remarques désobligeantes ou de dire des choses comme «Tu es encore sur ton écran !» En effet, une personne accro est en souffrance et les conflits ne font qu’augmenter cette souffrance.

De même, lui demander de se priver complètement d’écran est inutile :

il ne pourra pas s’en passer très longtemps car, souvent, l’usage des écrans apaise une angoisse (liée à des problèmes de couple, ne pression au travail, une vie de famille qui ne convient pas….) qu’il faut déterminer afin de pouvoir la surmonter.

Il vaut mieux réfléchir ensemble à des solutions possible : pas de télévision ou de tablette dans  la chambre ; pas de téléphone portable à table ; limiter le temps libéré pour faire des balades, du sport, une activité artistique, des visites, jouer à des jeux de société…..

Une thérapie menée par un spécialiste de l’addiction peut permettre de se débarrasser de cette dépendance sans pour autant obliger la personne à se priver totalement des nouvelles technologies, dont l’usage est très utile au quotidien.

Les femmes aussi !

On pense souvent que les homme ont plus de risques que les femmes d’être accros. Or, c’est faux ! C’est plutôt notre éducation, notre histoire et notre personnalité qui entrent en ligne de compte. Mais pas notre sexe : «Dans mes consultations, je vois autant de femmes que d’hommes avec des problèmes de cyberdépendance», observe le docteur Laurent Karila.

 

Quels signes indiquent une addiction aux écrans ?

Quand une personne est dans une consommation répétée et incontrôlée d’écrans, il y a des risques qu’elle soit accro : si votre conjoint passe ses journées de vacances devant un écran et ne profite pas de son entourage ; si le soir, il se couche très tard car il joue en ligne ; si vous avez déjà eu de nombreuses discussions à ce sujet mais qu’il ne peut s’empêcher de surfer et⁄ou de tchatter ; si, malgré les remarques de son entourage et ses éventuelles bonnes résolutions, il ne peut faire autrement, incitez-le à consulter un spécialiste de l’addiction.

En revanche, le critère de temps n’est pas un signe d’addiction à lui seul, car quelqu’un peut travailler huit heures par jour sur un écran et ne pas être accro.

*Psychiatre addictologue, coauteur de Accro ! (éd Flammarion).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s