“C’était mieux avant…” Vu par le psy

On a tous cette petite tendance à regretter le passé, surtout quand on avance en age, à penser à « avant » avec nostalgie. Mais qu’est-ce que cela signifie?

#lescomptoirsdorta www.lescomptoirsdorta.com

 

 

Avant, tout allait mieux ! Il y avait moins d’incivilités, on trouvait du boulot plus facilement, il y avait de «vrais saisons»… Alors que nos conditions matérielles et notre espérance de vie n’ont jamais été aussi favorables, personne ou presque n’échappe au «syndrome du rétroviseur» ! De quoi parle ce sentiment d’être né au mauvais moment, d’être une «génération sacrifiée» ? Décryptage avec le psychanalyste Gérard Bonnet∗.

ohmygosh, finally! a brilliant idea of what to do with all of my useless negatives.

La peur de l’inconnu

«Tout ce qui est nouveau génère à la fois du désir et une angoisse due à la peur de ne pas  « assurer ». L’homme est ainsi fait qu’il est sans cesse écartelé entre son élan de vie -à l’origine des progrès, des explorations- et sa crainte d’évoluer, d’être bousculé dans ces certitudes. Face à une société technologique et numérique qui évolue à folle allure, certains d’entre nous ont besoin de se réfugier dans ce qu’ils croient être les “vrais valeurs”, celles de leur enfance ou d’une époque idéalisée. Dans le “C’était mieux avant”, il faut lire une aspiration à la stabilité, à la tranquillité.»

See this Instagram photo by @visualsoflife • 3,641 likes

Sublimer son histoire pour se renforcer

«On a souvent tendance à ne garder que les bons souvenirs. Pourquoi cette mémoire sélective? En se mettant en scène comme le héros d’une belle histoire, on se convainc que l’on a des bases solides (on a survécu à tous nos malheurs !), que l’on est quelqu’un de bien. Ce qui flatte notre narcissisme et nous permet de nous rassurer, de nous sentir, de nous sentir plus forts pour affronter les difficultés de la vie

"The Dread of Darlings"-an extravagant modern-day tale of the classic struggle against human sex trafficking.

Se libérer des nécessités du présent

«Certains préfèrent hier, d’autres espèrent des lendemain meilleurs. Est-ce si difficile de vivre au jour le jour ? En nous confrontant à nos limites, le présent nous rappelle douloureusement notre petitesse et notre vulnérabilité, note petitesse et notre vulnérabilité, note le psychanalyste. On se sent emprisonné dans l’ici et maintenant, et on rêve de s’échapper, de pouvoir naviguer entre le passé et le futur, la nostalgie et l’espoir. Combien de personnes passent ainsi à coté de la vraie vie ! Quand on s’entraine à habiter l’instant présent au lieu de le subir, en portant toute notre attention sur l’expérience et les petits bonheurs qui se déploient moment après moment, on se reconnecte à soi-même, on gagne en qualité de présence à soi et aux autres, en stabilité émotionnelle. Et cet ancrage dans le quotidien est source d’une immense sérénité.»

#mapauseentrecopines

Un paradis perdu

«Avant, tout était “magique” et enthousiasmant. Mais depuis quand tout nous paraît si décevant ?  Depuis que nous sommes adultes. Cette nostalgie semble inhérente à la condition humaine. Nous gardons le souvenir inconscient de nos origines: nos besoins étaient comblés, nous étions protégés par nos parents, par notre naïveté, la vie paraissait facile et prometteuse. Il est difficile de regarder la réalité en face, se dire que nous ne retrouverons plus jamais cette sécurité, qu’elle était bien relative. »

Art Symphony: Ode to the Hippie Van {♡ ☮ ❀}

Une manière de se déresponsabiliser

«Penser que la vie était autrefois plus belle, plus simple peut être un prétexte pour ne pas passer à l’action et endosser ses responsabilités. Plutôt que de mobiliser ses ressources pour bâtir un avenir plus conforme à ses rêves, on s’enferme dans un discours victimaire : “Ce n’est pas ma faute. Si je n’y arrive pas, c’est que la société est mal faite. A une époque, j’aurais eu ma chance.” Un réflexe plus fréquent chez les personnes déprimées. Plus on développe un projet de vie, une passion, moins on risque de souffrir de “rétromania”.»

Boules à facettes

Le business du passé

Objets cultes ou rétro, séries télé des 70s... connaissent un succès fou depuis le passage à l’an 2000. Période de crise, de doute, le consommateur ne croit plus au progrès, ni à des lendemains meilleurs. Il se raccroche à des «valeurs sûres» ! Et la nature en fait partie. Recettes de grand-mère, produits bio, mode de vie traditionnel. Le «rétro business» joue aussi sur notre fibre environnementale !

∗Auteur de «L’angoisse. L’accueillir, la transformer», Editions in Press.

Publicités

2 commentaires Ajoutez le vôtre

    1. limonasblog dit :

      Merci beaucoup 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s