Activez la fibre du bonheur !

le

La joie de vivre peut tomber du ciel. Mais pour qu’elle dure, mieux vaut retrousser ses manches et mettre en pratique de techniques toutes simples pour voir la vie du bon côté.

ça bouge !!! ça brille...

Vous souvenez-vous de la chanson de Baloo dans le Livre de la jungle : «Il en faut peu pour être heureux …» Tout le monde ignorait que la science donnerait raison, des années plus tard, au gros ours aussi joyeux que serein. En effet, le bonheur est à la fois un état d’esprit et une pratique quotidienne. Comme le souligne le psychiatre et psychothérapeute Christophe André, «les exercices de psychologie positive nous préparent et nous rendent plus attentifs aux situations agréables, plus sensibles aux bonnes choses et aux bons moments de notre vie.»  Le médecin souligne aussi que les études ont mis au jour les deux conditions qui permettent de sentir heureux : le sentiment que notre vie nous convient et le fait de se sentir souvent bien. Beaucoup d’entre nous ont besoin de changer leur comportement, d’introduire dans leur vie de nouvelles manières d’agir et de réagir.

Leah by Irene Rudnyk on 500px

J’accepte sans me résigner

Paradoxalement, cheminer vers le bonheur commence par accepter ce qui est difficile, douloureux, compliqué. Attention, il ne s’agit pas de se résigner, de déclarer forfait, mais de constater la situation présente en se disant : «Ok, c’est comme ça.» Puis, dans un second temps, il s’agit d’identifier ses émotions ( colère, angoisse, peur, tristesse), de les ressentir avant de se demander : «Que puis-je faire pour changer la situation et ⁄ ou ma réaction?» Ce positionnement nous permet de retrouver un sentiment de puissance, d’être à nouveau aux manettes de notre existence. Une condition indispensable pour sentir mieux, car rien n’est plus éloigné du bonheur et du bien-être que le sentiment d’impuissance.

Streetstyle Louise Ebel by Pauline Darley, via Flickr

Je note 3 plaisirs quotidiens

Certes, la journée a été éprouvante, remplie de contraintes, de petits ou grands stress. Mais elle a aussi recelé de menus plaisirs qui font qu’une journée n’est jamais totalement grise ou noire. Prendre tous les jours conscience des cadeaux que la vie nous envoie participe au développement d’un sentiment de bien-être physique et psychique. Avant de se coucher, mentalement ou par écrit (on tiendra alors son journal des petits bonheurs), prenons le temps de noter trois exemples positifs dans la journée : un échange agréable avec un collègue, le ciel qui s’est dégagé en fin de journée, plein de couleurs et de douceur, une pause de thé ou café au milieu de la journée qui a constitué une mini-oasis. Plus nous nous rendons disponibles et sensibles à ces petits plaisirs ordinaires, plus notre sentiment de gratitude envers la vie, les autres et soi-même se renforce. Une seule condition pour que l’effet opère : la persévérance. Ce n’est qu’au bout de plusieurs jours que l’on sent sa météo intérieure se modifier. Certes, il faut faire preuve d’un peu de patience, mais ça marche !

SPRING SONG

Je cultive la gratitude

Christophe André le répète, la gratitude est un puissant outil de bonheur. Il préconise d’écrire, puis d’envoyer une lettre à quelqu’un qui nous a fait du bien (proche, ami, collègue, médecin…). Cet exercice nous aide à prendre du temps pour réfléchir, approfondir et ressentir toute la portée et l’intensité de notre gratitude. La lettre peut être lue par le destinataire au calme, sans qu’il soit obligé de nous répondre, de nous remercier ou de cacher son émotion. Mais souvent, le destinataire souhaite exprimer à son tour sa gratitude.

 

Je m’efforce de m’émerveiller devant les belles choses

Avec le temps, l’environnement se banalise, perd de sa valeur, le regard s’use. Or il est capital de pouvoir s’émerveiller pour vivre heureux. Cela exige parfois de briser la routine pour changer notre regard et de réveiller nos émotions pour s’extasier. Il peut s’agir d’admirer le spectacle de la nature (à la faveur d’une balade, seule ou en famille, à la campagne ou en forêt ), de regarder un chef-d’œuvre artistique ( sur Internet, on peut visiter les grands musées sans se déplacer). On peut aussi s’émerveiller devant le confort de notre quotidien : l’eau qui coule du robinet lorsqu’on a soif, prendre une douche ou un bain chaud. Dans ces moments-là, il suffit de penser à tous les humains qui sont privés de ces «basiques» pour mesurer notre chance. Pour peu qu’on leur prête l’attention qu’ils méritent, les menus détails du quotidien peuvent également être source d’émerveillement : se retrouver autour d’un repas, en famille ou avec des amis, passer un moment de complicité avec son enfant, l’écouter rire ou nous raconter sa journée. Toutes ces choses qui d’ordinaire vont de soi, que l’on ne remarque même plus, sont dignes d’être savourées en conscience. Il suffit pour cela d’y consacrer quelques minutes de présence pleine et entière.

ويمضي العمر ويزداد الحنين بين روح تغني وجسد حزين وقلب يغني علي وتر السنين يغمره العشق فيغدو كالجنين وتزهر في الحياة عطور الياسمين ويصير نجما في سماء العاشقين

Je médite régulièrement

Le lien entre méditation, sentiment de bien-être et de bonheur a été établi par un nombre conséquent d’études et ce, depuis des années. Même si l’on ne souhaite pas se lancer dans l’apprentissage de la méditation de pleine conscience, on peut faire de la place, quelques minutes par jour, à des pauses méditatives. Cela est aussi simple qu’accessible et praticable, que vous soyez chez vous, au travail ou même dans les transports en commun. Il suffit de relâcher ses épaules et son ventre, de poser les pieds en parallèle, bien à plat sur le sol, et de poser ses mains sur ses cuisses. On prêtera ensuite attention tout simplement à sa respiration (inspirer par le nez, expirer par la bouche), en suivant et ressentant le trajet de l’air qui entre et sort de son corps. En état de stress, il faut veiller à fournir une expiration plus longue que l’inspiration. Cette micro méditation, qui consiste à relâcher sa tension musculaire et nerveuse, est l’équivalent d’une douche rapide pour se rafraichir. L’idéal ? Ne pas laisser passer une journée sans lui consacrer une poignée de minutes. Une fois le pli pris, il est difficile de s’en passer !

LondonWarrior

Je pratique une activité-passion

Le grand psychologue Mihàly Csikszentmihàlyi a baptisé flow (flux) l’état que nous ressentons lorsque nous sommes plongés dans une activité qui nous passionne et nous apporte à la fois du sens et du  plaisir. Cet état est l’une des composantes essentielles du sentiment  de bonheur et d’épanouissement. Il suffit de choisir son activité (faire un sport, cuisiner, marcher, écrire, bricoler, faire un puzzle, jardiner…) et de lui faire une place fixe dans notre agenda. Elle ne doit pas être sacrifiée au profit d’une autre sollicitation. La sensation de plaisir qu’elle procure est contagieuse, elle gomme nos frustrations et nous permet de développer des compétences spécifiques. Ce sentiment de maitrise est générateur d’estime de soi.

Je fais preuve d’altruisme

On ne compte plus les études qui établissent un lien direct entre le sentiment de bonheur et l’altruisme. Penser aux autres, être généreux de son temps et offrir de multiples attentions nous font nous sentir mieux. Ces comportements renforcent l’estime de soi, les liens, et donnent du sens à la vie. Nul besoin de se lancer dans de grandes actions, l’altruisme au quotidien est fait de mille et une petites choses : remercier, complimenter, écouter sans juger, proposer son aide, réconforter… Le secret? Ne rien attendre en retour, agir simplement pour le plaisir de faire plaisir. Peut-être pas facile au début, mais il faut se lancer (un compliment, un remerciement, ce n’est pas la mer à boire !) pour s’inscrire dans un cercle vertueux. En clair, plus on donne, mieux on se sent.

Inspiration médiévale

J’arrête les comparaisons

La comparaison est le poison des poisons. Il suffirait de trois comparaisons pour se gâcher la vie : comparer ce que l’on est en train de vivre avec ce que l’on a vécu de mieux dans sa vie passée, avec ce que vivent des personnes plus «chanceuses» que soi, avec ce dont on rêvait… Les études montrent que les personnes heureuses, bien dans leur peau et dans leur vie, se comparent beaucoup moins que la moyenne. Elles se réjouissent de ce qui arrive de bien aux autres. Être centré sur ce que l’on vit en essayant de faire au mieux, sans comparaison ni objectif démesuré, dissipe les sentiments de frustration, d’échec et d’envie, trois ingrédients négatifs, incompatibles avec une vie épanouie et sereine.

 

Par Alexia Bohm

2 commentaires Ajoutez le vôtre

  1. Louis dit :

    Amical bonjour d’Auvergne (France) !
    Bonne semaine pour toi ! ❤

    Aimé par 1 personne

    1. limonasblog dit :

      Merci beaucoup Louis, Bisous du pays du soleil 😉

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s